Les métaux imaginaires

Métaux imaginaires - alliages Naqahdah - Stargate - la porte des étoiles.

Métaux imaginaires - alliages Naqahdah - Stargate - la porte des étoiles.

Les métaux imaginaires se rencontrent dans les œuvres de fiction (romans de science-fiction, bandes dessinées, films, …, jeux vidéo) mais n’ont pas d’existence réelle. Ces métaux imaginaires ont tous en commun d’avoir des propriétés fonctionnelles qui dépassent de loin celles atteignables avec les métaux et alliages réels, même si souvent, ces propriétés ne sont pas précisées explicitement.

La cavorite, l’ancêtre des métaux imaginaires

Sphère recouverte de cavorite - métaux imaginaires - les premiers hommes dans la lune - HG Wells.
Sphère recouverte de cavorite – métaux imaginaires – les premiers hommes dans la lune – HG Wells.

Dans Les Premiers Hommes dans la Lune (The First Men in the Moon- 1901) du Nord-Américain H. G. Wells, est imaginé la cavorite, sans doute l’un des tous premiers corps de fiction. Dans ce roman inspiré du célèbre « De la terre à la lune » de Jules Verne (1870), le Dr Cavor invente ce matériau qui permet de générer l’apesanteur et lui permet de construire un astronef, une sphère, revêtue de pate de cavorite.

La cavorite aurait la propriété singulière de se comporter comme un « écran à pesanteur », à la manière d’une cage de Faraday pour les ondes électromagnétiques. H.G. Wells eut cependant des précurseurs dans la création de ce type de matériau : Jonathan Swift (soutenant dès 1726 son île volante de Laputa par antigravitation, dans Les voyages de Gulliver) et George Tucker (Un voyage dans la Lune, 1827). La renommée de H.G. Wells permis néanmoins à la cavorite de rester dans les mémoires.

Le plastacier, entre acier et plastique

Le plastacier (PlasSteel) est apparu pour la première fois en 1942 (G. Peck) et popularisé dans le roman Dune (1965) de Frank Herbert. Plasteel est un mot-valise issu de plastique (plastic) et acier (steel). On comprend implicitement qu’il combine les caractéristiques du plastique (légèreté et transparence) alliées aux performances (dureté et résistance mécanique) de l’acier. Le plastacier a été repris ensuite par de très nombreux auteurs de SF jusqu’à aujourd’hui. C’est depuis un matériau classique de la science-fiction. Il permet en particulier de réaliser des vaisseaux spatiaux ou des blindages légers et résistants.

Le Transparacier de StarWars

Le transparacier (transparisteel en anglais), de l’univers StarWars est un matériau transparent très résistant (fabriqué principalement à base de lommite, minerai trouvé sur la planète Eriadu) qui sert pour faire des fenêtres et des cockpits de vaisseaux, comme ceux des chasseurs TIE. Il résiste notamment aux tirs de blaster. Les orbites du casque de Dark Vador sont ainsi en Transparacier.

L’orichalque des Atlantes selon Platon

Orichalque - matériau fictif - story of seasons.
Orichalque – matériau fictif – story of seasons.

L’orichalque a été mentionné par Platon comme étant un métal utilisé par les Atlantes (les habitants de la légendaire Atlantide). Ainsi Platon précise que « L’île fournissait la plupart des choses nécessaires à la vie. D’abord, tous les métaux, durs ou malléables, extraits du sol par le travail de la mine, sans parler de celui dont il ne subsiste aujourd’hui que le nom, mais dont en ce temps-là il y avait plus que le nom, de cette espèce qu’on extrayait de la terre en maints endroits de l’île, l’orichalque. C’était alors le métal le plus précieux après l’or ».

Plus prosaïquement, les spécialistes pensent que ce mot a en réalité été appliqué pour désigner différents métaux et alliages de type laiton (Cu, Zn) et de couleur proche de l’or. De nombreux auteurs ont depuis surfés sur ce mystérieux orichalque que l’on retrouve dans de nombreux jeux vidéo (Dragon Quest, Final Fantasy IX, Assassin’s Creed Odyssey, story of seasons pioneers of olive town, …) ou bandes dessinées. Le mystère présumé autour de l’orichalque lui a assuré une postérité fictionnelle.

L’adamantium de l’univers Marvel

Adamantium - métal imaginaire - Marvel - Wolverine.
Adamantium – métal imaginaire – Marvel – Wolverine.

L’Adamantium, inventé en 1969, est un métal fictif de l’univers de Marvel. Il est considéré comme la matière la plus solide du monde. L’adamantium doit être maintenu en constante ébullition pour rester à l’état liquide et ainsi être manipulé. L’Adamantium est notamment utilisé dans le film « Wolverine : Origins » où il recouvre le squelette et les griffes de Wolverine. L’adamantium étant extrêmement cher à produire, certaines organisations qui souhaitent utiliser l’adamantium à grande échelle en sont réduites à utiliser un composé similaire mais plus fragile que l’adamantium pur, appelé l’adamantium secondaire.

Le naqahdah de la série StarGate

Minerai de Naquahdah aux propriétés énergétiques.
Minerai de Naquahdah aux propriétés énergétiques.

Le naqahdah est le nom du minerai imaginaire utilisé dans l’univers du film Stargate, la porte des étoiles et des séries télévisuelles dérivées. Le naqahdah est un matériau supraconducteur qui possède la capacité d’absorber et d’accumuler la plupart des rayonnements énergétiques et de pouvoir ensuite les restituer rapidement. La technologie goa’uld, est presque entièrement basée sur le naqahdah. Il sert de source d’énergie pour alimenter les vaisseaux spatiaux goa’ulds, leurs armes (lance, …) et les portes des étoiles (qui ont été fabriquées par les Anciens). Les planètes ayant des réserves de minerai de naqahdah possèdent donc une valeur inestimable pour les goa’ulds.

Le vibranium, du Wakanda à l’Hyperloop

Vibranium, métaux imaginaires du bouclier du Captain America.
Vibranium, métaux imaginaires du bouclier du Captain America.

Le vibranium (de Marvel) provient en majorité du royaume africain imaginaire du Wakanda et est capable d’absorber toutes les vibrations. Le bouclier du Captain America est constitué de vibranium. Pour la petite histoire, en 2016, la société américaine Hyperloop Transportation Technologies (HTT), une des compagnies travaillant sur le concept des capsules de train sous vide supersoniques, a annoncé que ses capsules de transport de passagers seront recouvertes d’un nouvel alliage ultra-résistant, appelé « vibranium ». Le revêtement, annoncé comme un « matériau composite à fibres de carbone», aurait été développé par la société slovaque C2i, prestataire d’HTT et spécialisée dans le développement de structures à base de fibres de carbone à destination de l’industrie automobile et aéronautique. Quand la réalité (ou le buzz) rejoint la fiction …

L’Unobtainium, nom générique des matériaux imaginaires

Unobtainium - matériau imaginaire générique.
Unobtainium – matériau imaginaire générique.

Le mot « unobtainium » (un-obtain-ium) est un néologisme, apparemment développé dans le milieu des fans de science-fiction, et sûrement en réaction aux éléments aux noms inventés, comme dans Star Trek ; peut-être également par analogie aux éléments les plus lourds du tableau périodique. Ce nom a été construit à partir de « obtain » (obtenir), du préfixe négatif « un » et de la terminaison latinisante en « ium » systématiquement utilisée dans la dénomination des éléments les plus lourds du tableau périodique de Mendeleïev, en particulier tous les éléments artificiellement créés au-delà de l’uranium (numéro atomique 92).

Le terme Unobtanium a été repris dans le film Avatar et il est décrit un minéral supraconducteur à température ambiante exploitable sur Pandora qui permettrait de réduire la crise énergétique sur Terre. À proprement parler, l’Unobtainium est un nom générique qui peut désigner tout matériau fictif.

De nombreux autres matériaux fictifs

Au-delà des matériaux évoqués précédemment, de nombreux autres matériaux ont été imaginés par la littérature : le mithril (Le Seigneur des anneaux de JRR Tolkien), le trinium et le naquadria (StarGate), la kryptonite (Superman 1938), le métomol (Spirou 1953) qui rend mou tous les métaux, la tournesolite (Objectif Lune de Tintin en 1953) à la très forte résistance thermique (pour équiper la fusée terre-lune), le fer Mandalorien (StarWars).

Peu de précision sur les propriétés fonctionnelles

Les matériaux imaginaires et leurs propriétés fonctionnelles.
Les matériaux imaginaires et leurs propriétés fonctionnelles.

On peut remarquer que si de nombreux matériaux imaginaires ont été inventés, on trouve en général très peu de précisions sur leurs propriétés fonctionnelles comparées aux matériaux traditionnels (acier, titane, …). En effet, un roman de SF n’est pas un papier scientifique et n’a pas vocation à justifier de manière détaillée les caractéristiques mécaniques (Rp0.2, tenue en fatigue, …) de ces matériaux avant tout fictionnels. Remarquons également que les noms des matériaux imaginaires récents ont tendance à se positionner dans un tableau de Mendeleïev fictif avec des suffixes en « ium » (adamantium, vibranium, …) qui rappellent des matériaux réels.

L’avenir des métaux imaginaires

Les œuvres de fiction s’inspirent souvent des problématiques de la vie réelle, des nouvelles technologies, des grands thèmes sociétaux et des problèmes ou verrous techniques à résoudre. On peut ainsi penser que la crise environnementale (réchauffement climatique, perte de biodiversité, …), l’épuisement des ressources (pétrole, gaz, minerais) ainsi que les enjeux liés au recyclage seront des sources d’inspiration fécondes pour les auteurs de romans.

2 commentaires

  1. HGR dit :

    On notera que parfois la réalité rejoins la fiction, cela fait 30 ans que Star trek a « créé » l’aluminium transparent, et moins de 5 ans que les labos de l’armement américains lui ont donné vie.

    • Le CTIF dit :

      Bonjour HGR et merci de votre commentaire. Les chercheurs de l’US NRL (Naval Research Laboratory) ont en effet en 2015 développé une céramique de type spinelle (aluminate de magnésium) transparente et bien plus résistante que le verre. Ils ont aussi mis au point le process ad-hoc (par frittage à chaud sur une presse) pour mettre en forme ce matériau (qui n’est pas un métal) et réaliser des petites pièces (20 cm de diamètre). Le coût de réalisation semblait encore élevé lié aux opérations de finition (polissage) pour améliorer la qualité optique. Le NRL après une phase de mise au point prévoyait de transférer la techno à des industriels pour la phase de production (scale-up). Pas du tout certain qu’à ce jour la techno et le matériau soit industrialisées …
      Le lien vers le communiqué de presse de l’US NRL : https://www.nrl.navy.mil/Media/News/Article/2534832/transparent-armor-from-nrl-spinel-could-also-ruggedize-your-smart-phone/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *